Craig, 17 ans, Dublin
Je suis content que ce soit Non. On nous a dit que ce traité était notre futur, mais c'est stupide.
Si nous avions dit oui, notre gouvernement aurait eu une voix moins forte en Europe. Les taxes auraient augmenté, et l'inflation avec. Cela veut dire moins de revenus pour nous. Je préfère garder les choses comme elles sont et que l'Irlande reste le pays européen où les impôts sont les moins élevés, sinon il n'y aurait plus de travail.
J'ai aussi entendu dire que l'âge minimum pour avoir le droit de conduire ou d'aller au pub risquait d'être relevé. Ça, ce n'est pas notre futur, c'est la ruine de notre avenir !
Je me suis tenu au courant en lisant les prospectus distribués pendant la campagne. Nous en avons parlé dans ma famille et tout le monde était contre, surtout ma grande sœur. Mais la plupart des gens avec qui j'en ai discuté ne connaissaient en fait rien du tout du traité de Lisbonne. Parfois, c'est moi qui le leur expliquais ! J'aurais bien aimé pouvoir voter moi-même.
Je n'attends rien de particulier de l'Europe. J'ai déjà voyagé sur le continent, je vais en vacances en Espagne cet été. J'aime bien ça, mais je préfère ce que je retrouve en rentrant chez moi. Et je n'ai pas envie que ça change.

Conor, 17 ans, Dunshaughlin
Je suis déçu que le traité ait été rejeté. Cela semblait être un bon compromis pour l'Irlande, car les deux principaux partis politiques étaient pour : ils savent ce qui est dans l'intérêt des Irlandais. C'était une occasion d'avancer.
Je pense qu'on aurait mieux fait de s'allier au reste de la communauté plutôt que de s'isoler.
J'ai regardé le principal débat télévisé de la campagne et j'en ai parlé avec mon père, et aussi avec des collègues avec qui je travaille pour mon job d'été. Les gens n'ont pas suffisamment compris, il y avait trop de clauses cachées dans le traité et ils ne savaient pas où cela allait les mener.
Cela ne m'a pas manqué de ne pas encore pouvoir voter. Je n'ai pas eu à choisir mon camp, j'ai pu garder l'esprit ouvert. J'aurais aimé avoir mon mot à dire... mais on me demandera peut-être mon avis l'année prochaine !
Je pense que tout cela peut être renégocié. Quand Brian Cowen (le premier ministre irlandais) se rendra au sommet européen la semaine qui vient, ils pourront trouver un moyen d'arranger les choses.
Ce qu'il aurait fallu, c'est plus d'explications : pourquoi ce traité ? Quels bénéfices pour nos pays ? Les Français vont prendre la présidence de l'Europe bientôt, j'espère qu'ils pourront rendre les choses plus claires pour les gens.